blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

anastasia

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

BLOGS

Blog dans la catégorie :
Moi

 

Statistiques

 




Signaler un contenu illicite

 

anastasia

L'Arche de Noë

Le 13/10/2018

Drôle de moment pour notre douce France.... Pas le pays de mon enfance, mais cher à mon coeur comme s'il l'était....
Côté têtes dirigeantes on marche à cloche pied....et pourtant ça avance.... C'est à croire qu'on peut vivre, travailler, presque tout seuls....j'y suis tentée, pas vous ?
On nous explique façon enfants attardés qu'il faut du temps pour équilibrer, qu'elle ne puisse pas pencher d'un coté ou d'une autre...
On dirait l'Arche de Noë, un cochon par ci un perroquet par là, l'égalité dans la préservation des spécimens sachant manier la baguette de chef.
Bon, j'admets, ce n'est pas de la tarte de ménager la chèvre et le chou...toute la basse cour et la boustifaille est passée au peigne fin. C'est pour cela que c'est long...et puis on ne se déplace plus, on "communique" internet interposé. Si on leur coupait le fil ? Oh la la, la pagaille ! Il y aurait des plumes dans le volailler....Histoire de rigoler un peu parce que, si on regarde vraiment, c'est d'une tristesse...
Patience, les gars ! Faut pas avoir peur...ce n'est pas encore le radeau de la Méduse !

 

Le temps à rebours

Le 12/10/2018

Ha ! Celui qui trouvera la clé aura gagné de bon droit son prix Nobel !
Dans mes errances médiatiques je découvre à profusion des beaux/belles, jeunes talents qui parsèment nos pilules anesthésiques que sont films/séries et autres attrape solitaires vieillissants. Curiosité oblige, je fouille dans la poubelle des news plus ou moins fraîches les concernant. Juste pour revivre par procuration une jeunesse triomphante.
Eh ben, v'là que mon idole du moment s'est aperçu qu'il est dans la même charrette, à commencer dans la douleur le chemin à rebours...Et cela ne lui plaît pas, mais pas du tout !
Pareil à un livre ouvert, je lis un interview de ce bel Anglais tout ce qu'il y a de blond, de grand, de musclé avec élégance que oui, lui aussi pushing fifties constate avec stupeur une armée victorieuse derrière lui, eux aussi blonds, beaux, etc mais avec une vingtaine d'années à rattraper cette maudite, inexorable cohorte de bobos, de rides, de muscles qui lâchent, de fatigue qui démoralise....
Pauvre de lui me dis-je,  ce n'est rien encore, attends -cela passe en un éclair- le vent qui tournera pour de bon vers l'abominable vieillesse, la vraie, celle des os qui craquent, du coeur vacillant, de la mémoire qui flanche et pas en chantant ! Ceux qui disent qu'ils la vivent dans la joie mentent, ou alors sont morts depuis longtemps et ne le savent pas ....
Il y a des exceptions, j'en ai connu, ce n'étaient ni des super héros ni des phénomènes, tout simplement ils avaient l'élégance de passer outre...en silence, faisant semblant d'ignorer le sujet. Ce n'est pas si sorcier finalement, faut juste avoir été béni des Dieux.

 

J'entends d'ici

Le 09/10/2018

Tellement c'est ahurissant d'incompréhension : arrêtes tes jérémiades ! Il y a foule à rêver du soleil permanent si ennuyeux de la Côte. Je sais, je ne suis pas si injuste envers les cadeaux tombés au hasard des aléas du destin. Pas dans le déni d'un sort enviable pour au moins la moitié de la planète.
Néanmoins je me fais encore l'avocat du diable : la même moitié rêve de la cité  des lumières, des amoureux, des rouspéteurs, des grèves, des cafés disponibles avec des serveurs grincheux, des ponts vous ouvrant une perspective qui titille à nulle autre pareille l'imagination selon la charge émotive de chacun...
Oui, je tombe de nouveau dans le piège de la nostalgie, de la douleur indicible, plaie ouverte par moi-même mais tel l'apprenti sorcier incapable de la fermer. V'là, l'histoire de ma vie.... ce n'est pas un chapitre avec le mot fin, c'est une fin en soi pour écrire mon histoire. Pour être honnête, ce n'est pas si mal ....

 

Broyer du gris...

Le 08/10/2018

Adaptation, résilience, finalement acceptation, j'en ai entendu des recommandations, des reproches aussi. De quoi te plains-tu ? Grand espace (tu parles,  comme si j'avais hérité du Grand Trianon ! ) ciel bleu, mer à deux encablures, toutes commodités petites bourgeoises autour du nouvel emplacement, je vous laisse inventer la suite.
Oui, mais moi je ne suis pas prête à abandonner pareil à un chiffon sale ma vie passée que je retrouvais au coin de ma rue, toujours la même depuis presqu'un demi-siècle... Ma mémoire se révolte, ne veut pas passer à la trappe, se fait vive, outrée, meurtrie par ce violent coup de pied asséné à la vas-vite ! Non, dit mon coeur en deuil de tout ce qu'il aimait, non dit mon cerveau habitué à réagir à d'autres stimuli que la conversation colorée des maraîchers et des passants chantant l'accent du midi...
Je n'ai pas peur de le crier jusqu'au sang de mes ancêtres : oui, je suis une fille du nord, des nuages poètes et des ponts sous lesquels coule la Seine...
Je vivoterai là où le destin l'a voulu avec cette plaie béante sans guérison probable au tréfonds de moi avec sur le dos le sac des moqueries et de l'incompréhension ambiante. Et puis zut, j'ai le droit de hurler, non ?

 

Les chaises musicales

Le 07/10/2018

A ce jeu là on est tous experts. Pensez-y un peu... Combien de fois on a changé ne serait-ce que de petit déjeuner pour emmerder quelqu'un, nos mères pour commencer. Vas-y que je te pousse, finalement il arrive un moment où on prend la place de l'autre, qu'on la mérite ou pas.
Mais de mémoire de l'immigrée que je resterais toujours aux oreilles de mes concitoyens, je n'avais jamais au grand jamais vécu des cocasseries pareilles. Des ministres qui jouent à la trampoline vite montés illico descendus, des phrases " je sème à tout vent" aussitôt démenties, un chef suprême à mille casquettes  à s'y perdre dans les décors souvent pas jolis jolis, il  y a de quoi vous laisser pantois.
Le grand hic est là mes potes. Les bras nous en tombent et nous avec. Ce  peuple qui n'a pas inventé la révolution mais il y a mis beaucoup du sien, reste coi. Du moins pour l'instant...."La faute à Voltaire" ou prosaïquement au règne de l'image paralysante ? Anesthésiante ? Choisissez !

 

Minibluff the card game

Hotels